Quand les Français cesseront-ils de confondre la poésie avec ce qui est poétique, le rêve et la rêverie ? C'est le début d'une ère de succès, qui dépasse même les frontières françaises. Sketch/Saynète Le 2 avril 1880, lors d’une séance du Cercle, une élève du Conserva­toire dit La Petite Révol­tée,  le premier monologue de Feydeau, qui sera récité dans quelques salons. D’autres vaudevilles ressemblent aux siens, mais les siens ne ressemblent pas aux vaudevilles des autres. Avec ces dernières, Feydeau renouvelle le vaudeville en approfondissant les caractères des personnages. Feydeau devient secrétaire général du théâtre de la Renaissance, dirigé par Fernand Samuel. C’est bien simple. Georges-Léon-Jules-Marie Feydeau (French: [ʒɔʁʒ fɛ.do]; 8 December 1862 – 5 June 1921) was a French playwright of the era known as the Belle Époque.He is remembered for his farces, written between 1886 and 1914.. Feydeau was born in Paris to middle-class parents and raised in an artistic and literary environment. Feydeau s'oriente vers un style plus appuyé sur des transcriptions réalistes de situations et de langage. Feydeau rencontre de nouveaux échecs en 1890 avec deux pièces  écrites en collaboration avec Maurice Desvallières : C’est une femme du monde, comédie en un acte, et Le Mariage de Barillon, vaudeville en trois actes, créées  au théâtre de la Renaissance. Octave MIRBEAU En 1912 Feydeau est élu vice-président de la Société des auteurs et com­positeurs dramatiques (jusqu’en 1914) et en juillet 1913, il est nommé officier de la Légion d’honneur. Le dramaturge en profite pour s'attaquer assez férocement aux problèmes de couple. En 1889, Feydeau épouse Marianne Carolus-Duran, la fille du peintre,  avec laquelle il aura quatre enfants.. En février 1890, Feydeau est admis à la Société des auteurs et compo­siteurs dramatiques avec Henri Meilhac et Georges Ohnet pour parrains. Georges Feydeau, né à Paris 9e le 8 décembre 18621 et mort à Rueil-Malmaison le 5 juin 1921, est un auteur dramatique, peintre et collectionneur d'art français, connu pour ses nombreux vaudevilles. En 1896, il crée le Dindon (succès : 275 représentations), puis les Pavés de l’ours. Coquelin cadet crée un nouveau monologue : Le Juré. Je ne sais plus. Et je dis miraculeuse, parce que le père est totalement inconnu. Plus tard, d'ailleurs, il soldera ses dettes de casino en vendant sa collection de tableaux impressionnistes... En 1902, il donne une suite à La Dame de chez Maxim. En 1900, sa pièce La Dame de chez Maxim est jouée plus de mille fois. 5 personnages Cette fois, il semble en avoir fini avec les quiproquos et le comique de situation. Je ne trompe pas mon mari, pièce écrite en collaboration avec René Peter et créée en février 1914  au théâtre de l’Athénée rencontre un bon accueil de la critique et du public (200 représentations). Les genres de la comédie Gibier de potence, comédie-bouffe en un acte, est créée au Cercle des Arts intimes le 1er juin, où Feydeau joue lui-même le rôle titre. Je voudrais savoir à quel movement littéraire appartient Georges Feydeau. En 1899, il écrit un monologue pour Coquelin cadet, Un monsieur qui est condamne à mort. Du point de vue du style, il opte pour un système de vaudeville en 3 actes, une structure qui se révèle être particulièrement efficace. Source : BnF/Gallica L’année suivante, la critique et le public accueille favorablement Le Bourgeon au théâ­tre du Vaudeville. Cette même année, Feydeau écrit son dernier monologue La Complainte du pauv’ propriétaire. L’année suivante, il fait représenter de nouveaux monologues par Coquelin cadet (Les Célèbres) et par Galipaux (Le Volontaire). Entre mars 1885 et début mars 1886, Feydeau tient la rubrique « Courrier des théâtres » au XIXe siècle, journal dirigé par son beau-père, Henry Fouquier. De 10 à 20 personnages Le Théâtre au XVIIe siècle Commentaire Voilà un vaudeville dans la plus pure tradition, porté par Georges Feydeau à une qualité littéraire et dramaturgique inégalée. Il se laisse ainsi aller à son attrait pour la peinture et pour le jeu. Remettez le boîtier et retournez la montre : c’est une pièce de Feydeau vue de la salle – les heures passent, naturelles, rapides, exquises… Tirade 7 personnages Feydeau continue à écrire des monologues dit par Coquelin cadet (Le Potache et Patte en l’air) et par Judic (Aux antipodes, Le Petit Ménage). Lorsque j’étais très jeune et que je rentrais chez moi, il m’arrivait de m’arrêter à la terrasse de Maxim’s où m’attirait un homme étrange. Dès lors, seul ou avec la collaboration de Desvallières ou de Maurice Hennequin (fils du vaudevilliste Alfred Hennequin, à qui Feydeau doit beaucoup), il connut un succès ininterrompu, à raison de trois ou quatre pièces par an : Un fil à la patte (1894), l'Hôtel du libre-échange (1894), le Dindon (1896), Dormez, je le veux (1897), la Dame de chez Maxim (1899), la Duchesse des Folies-Bergère (1902), la Puce à l'oreille (1907), Occupe-toi d'Amélie (1908). La Puce à l’oreille triomphe en 1907, mais les représentations sont interrompues avec la mort de l’acteur Torin, qui interprète la rôle de Camille. En 1882, sa première pièce est représentée : il s'agit de Par la fenêtre. (la pièce créée le 25 novembre 1911 tient l’affiche jusqu’au début de mars 1912). Mais en 1894, il connait aussi quelques échecs avec Notre futur et Le Ruban, comédie écrite avec Desvallières, avant de renouer avec le succès en fin d’année avec  L’Hôtel du Libre Échange, écrite avec Maurice Desvallières et créée le 5 décembre 1894 au théâtre des Nouveautés (371 représentations). Les œuvres suivantes (La Lycéenne en 1887, Un Bain de ménage , Chat en poche, Les Fiancés de Loches en 1888, L’Affaire Édouard en 1889, écrite avec Maurice Desvallières) ne rencontrent pas le même succès. Il créé en 1887 un nouveau monologue, Les Enfants, pour Coquelin aîné. J’étais touché. – La politique dans les pièces de Feydeau Pourquoi ai-je accepté ? Le ressort comique déclenché par le «premier mensonge» engendre une machinerie quasi infernale où l'homme lui-même gâche son … Il continue à écrire des monologues : Tout à Brown-Séquard, monologue dit par Coquelin cadet en 1890 et Madame Sganarelle (1891). Marqué par sa séparation avec sa femme et son installation à l’Hôtel Terminus, les pièces suivantes s’éloignent du vaudeville et sont plus proches de comédies de mœurs, dans lesquelles il tourne en ridicule la médiocrité des existences bourgeoises : On purge bébé ( 85 représentations en 1910), Mais n’te promène donc pas toute nue ! Il s'amuse notamment à parodier la médiocrité des bourgeois. Représentations professionnelles Georges Feydeau est un auteur dramatique français, né le 8 décembre 1862 à Paris.. Feydeau prétend être le fils de Napoléon III, mais il serait en fait le fils de l'écrivain Ernest Feydeau. Mais la fin de sa vie tourne mal : Feydeau est interné deux ans à Rueil-Malmaison, en raison de troubles psychiques causés par la syphilis en 1919. 4 actes Ce tableau est indicatif : toutes les dates ne sont pas mentionnées et tous les auteurs n’y figurent pas. Source : BNF/ Gallica. A l'époque, elle devient la principale attraction pour les provinciaux et étrangers en visite à Paris, avec la Tour Eiffel ! Il grandit dans un milieu littéraire et bohême et manifeste très tôt des dons exceptionnels pour le théâtre. Cela vous étonne ? En 1911, Léonie est en avance ou Le Mal joli, reçoit un bon accueil de la critique. Par respect pour Feydeau-poète et pour une noble troupe qui progresse de jour en jour. Mais je revins enthousiasmé. Ses vaudevilles, puisque c’est ainsi qu’on appelle ses oeuvres, portent sa marque indélébile. «. Soyez notifié de nos dernières analyses et recevez des informations du monde littéraire. Le Théâtre en France aujourd’hui, Henry BECQUE Le mal venait d’entrer en moi. La critique accueille en 1905 avec intérêt la pièce féérique et très atypique, L’Age d’or, écrite avec Maurice Desvallières sur une musique de Louis Varney. En 1898, Feydeau écrit le livret de la Bulle d’amour sur une musique de Francis Thomé. Biographie de Georges Feydeau Georges Feydeau est né à Paris en 1862. C’est bien simple. Feydeau n'appartient à personne ! Entraînés dans ces sarabandes méticuleusement réglées (Feydeau s'occupait lui-même de la mise en scène de ses pièces, comme en témoigne la précision de ses didascalies), la bourgeoisie fin de siècle et le demi-monde des boulevards, personnel dramatique privilégié du vaudeville, se trouvent éclairés d'un jour particulièrement satirique, comme c'est le cas dans l'inoubliable Dame de chez Maxim, véritable modèle du genre : la Môme Crevette, danseuse au Moulin-Rouge, bouleverse la vie du tranquille docteur Petypon ; surprise dans son lit, elle passe pour son épouse ; et de ce quiproquo initial naît une méprise généralisée où chacun doit jouer jusqu'au bout, sous peine de scandale, son rôle d'emprunt... Dans la dernière phase de sa carrière, Feydeau rompt cependant avec les complications du vaudeville, pour se consacrer à des comédies de mœurs et des farces en un acte où transparaît l'amertume des ennuis conjugaux et des pesanteurs bourgeoises : Feu la mère de Madame, 1908 ; On purge bébé, 1910 ; Mais n'te promène donc pas toute nue, Léonie est en avance ou le Mal-Joli, 1911. », est également un succès avec 89 représentations. 3 personnages Parfois, le classement par siècles des différents mouvements littéraires peut sembler arbitraire, de même que le rattachement d’un auteur à tel ou tel mouvement particulier. Évaluation. Parce que Feydeau est un poète lyrique dans son genre et qu’ils voulaient n’avoir recours qu’à un poète. Par paresse. » (voir la suite dans l’article Le vaudeville et Feydeau). Georges COURTELINE Plus de 20 personnages, Monologue En 1902, Feydeau co- écrit avec Jules Méry sur une musique d’Alfred Kaiser le Billet de Joséphine, un opéra-comique à grand spectacle  qui est un échec (16 représentations). Du XVI e siècle au XX e siècle : tableau synoptique. Aujourd'hui encore, c'est l'une des pièces les plus connues de Feydeau. Il avait, dans son jeu, tous les atouts : la beauté, la distinction, le charme, le goût, le talent, la fortune et l’esprit. Emile ZOLA, 1 personnage 9 personnages Feydeau prétend être le fils de Napoléon III, mais il serait en fait le fils de l'écrivain Ernest Feydeau. En 1904, La main passe ! Fiancés en herbe, une comédie enfantine en un acte, est créée le 29 mars 1886 à la salle Kriegelstein. Ayant ainsi retrouvé les voies d'une certaine comédie « littéraire », et ayant in extremis salué l'avènement d'un nouveau génie du rire (Chaplin), il mourut au terme de deux années de démence. Nouveaux succès en 1908 avec Occupe-toi d’Amélie et de Feu la mère de Madame.