épisodes de grippe que connaît régulièrement la France. Dix ans après la grippe asiatique, une autre "pandémie" frappe le monde entier et est la conséquence d’un virus une nouvelle fois sous-évalué par les autorités. Ils précisent que ce seraient 31 226 morts au total, en France et en deux mois. La situation n'est pas meilleure au lycée de Foix, dans l'Ariège.”, Le journal poursuit sa litanie : à Marseille, “une dizaine de milliers de personnes se voyaient contraintes de s'aliter”. ", Même son de cloche dans le journal Sud-Ouest daté du 10 décembre : “Du Sud-Ouest, où elle a - en principe - pris corps, et où elle serait en voie de régression, l'épidémie de grippe,  à la faveur de la vague de froid qui s'est abattue sur les trois quarts de la France, s'étend peu à peu à de nombreuses autres régions. L’historien des épidémies, Patrice Bourdelais, estime que le confinement est « une construction politique ». Le 30 novembre 1969, le journal Le Monde rapporte que la maladie sévit particulièrement en Dordogne. Histoire des pandémies oubliées : la grippe asiatique ... 1918-1920 - Quand un médecin prétendait avoir trouvé ... Covid-19 : va-t-il falloir vacciner plus massivement ... Recevez du lundi au vendredi à 12h une sélection toute fraîche à lire ou à écouter. Il serait faux de penser que les autorités sanitaires n'ont pas tenté de mettre en place un système de prévention susceptible de combattre l'épidémie car les sources attestent que l'institut Pasteur était conscient, dès la fin de l'année 1968 de l'arrivée potentielle de la grippe de Hong Kong en France. Il a d’ailleurs fallu attendre 2003 et la première pandémie de SARS pour que deux statisticiens et épidémiologistes, Antoine Flahault et Alain-Jacques Valleron, établissent le nombre exact de victimes. Le 11 décembre, dans Le Monde, le docteur Escoffier-Lambiotte estime, après coup, que c'est en octobre et non en décembre qu'il eût fallu envisager cet effort préventif". Il s’agit d’un système de gestion des épidémies instauré au XIVe siècle dans les grandes villes marchandes italiennes, lors de la grande peste. Une erreur de jugement est commise aussi lorsqu'elle prétend qu'une certaine immunité aura lieu grâce au passif de la grippe asiatique. “À Bergerac et à Ribérac, 50 % des effectifs des compagnies de gendarmes sont touchés” , rapporte le journal. “Mille morts aux U.S.A. en une semaine”, peut-on lire dans Sud-Ouest le 29. Les pharmacies sont dévalisées par les Français dont une bonne partie a clairement conscience des ravages du fléau sans même avoir été sensibilisée par un quelconque système de prévention organisé. Il faudra attendre 2003, et les recherches de l’épidémiologiste français de l’Inserm, Antoine Flahault qui s'est penché sur les chiffres de la surmortalité à cette période pour mettre en évidence que ce mois de décembre 1969 a été meurtrier en France. C'est le même phénomène chez les médecins qui constatent une réelle épidémie : "Ils vaccinent sans arrêt, visitent jour et nuit les grippés" et "c’est un agenda noirci de rendez-vous qui les attend à chaque fin de journée pour le lendemain" relève France soir respectivement les 10 et 12 décembre 1969. Quand bien même la souche du virus de Hong Kong aurait bien été prise en compte, il se peut que la recherche ait manqué, au passage, la survenue d’une souche inattendue qui n'aurait pas été intégrée au vaccin. Ce qui traduit une éthique sanitaire et médicinale moindre qui ne pouvait en aucun répondre à cette crise. On peut vacciner des milliers de personnes, pas plusieurs millions. A en croire les premières projections, « l’épidémie du Covid-19 va avoir une incidence croissante dans les statistiques de la mortalité au mois d’avril », précise l’Insee. Sécurité routière : les grands excès de vitesse en hausse de 50% pendant le reconfinement, Indre-et-Loire : le nouveau viaduc de l'Indre lancé sur l'A10, Coronavirus : l'épidémie ralentit, près d'une trentaine d'hospitalisations en moins dans le Gard, Emmanuel Macron devrait annoncer la semaine prochaine les étapes du déconfinement, En Côte-d'Or, on plante de nouveaux arbres pour s'adapter au changement climatique, Thionville : le maire porte plainte et demande le retrait d'une vidéo l'accusant d'agression sexuelle. Se­lon l'épi­dé­mio­lo­giste An­toine Fla­haut, la grippe de Hong-kong est “la pre­mière pan­dé­mie de l'ère des trans­ports aé­riens ra­pides. Or, en mars 2018, la grippe saisonnière était encore virulente, contrairement à cette année. Les statistiques sont parfois trompeuses. C'est ce que nous révèle le témoignage du professeur Geneviève Cateigne, de l'Institut Pasteur, le 28 décembre 1968 : Il est fort probable que la souche virale A2 à laquelle fait allusion le professeur, et qui est utilisée pour la confection du vaccin contre la grippe de Hong Kong, soit en vérité celle de la grippe asiatique de 1957-1958 et non celle de Hong Kong. Plus de la moitié des postiers gardent la chambre. En cliquant sur « je m’abonne », j’accepte que les données recueillies par Radio France soient destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d'informations relatifs aux programmes. Selon les recherches de 2003 d'Antoine Flahault, épidémiologiste à l'Inserm, et d'Alain-Jacques Valleron, chargé de recherche à l'Inserm, la grippe de Hong Kong aurait fait plus de 31 000 morts en France entre décembre 1969 et janvier 1970 et serait considérée " la … En vérité, il existe de nombreux sous-types de virus grippeaux, les souches varient énormément d’une année à l’autre. Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires. En 1957, une … Elle a tué environ un million de personnes et a été causée par une souche réassortie H3N2 du virus H2N2 de la grippe A . L’épidémie est-elle vraiment la « plus grave crise sanitaire » connue par la France depuis un siècle ? À Rodez (Aveyron), une école, l'institution Saint-Joseph, a fermé ses portes. Entre l’été 1968 et le printemps 1970, la grippe A2, dite “grippe de Hong-Kong”, tuait près d'un million de personnes dans le monde. Dans Sud-Ouest, on peut encore lire : “Dans la période actuelle, les hospitaliers n'ont pas échappé à l'épidémie et à un afflux de malades graves, fait face un personnel à effectif réduit. Le 5 décembre, France soir rapporte que c'est une véritable "course au vaccin" qui a lieu ! La grippe de Hong Kong ne semble pas passer inaperçue dans la presse. Durant l’hiver 1968-1969, la première vague passe quasi inaperçue. entre autre - ont, perdu, _jusqu'à 30 % de leurs effectifs_, et de nombreuses écoles ont dû fermer leurs portes. Et même par rapport à 2019 – année moins morbide que 2018 –, le nombre de décès vient de diminuer dans environ la moitié des départements, et ce malgré l’épidémie. Et si la population n’a pas développé d’anticorps… », 07/04/20 | EPIDEMIE, Les Etats-Unis ont commencé à effectuer des tests d’immunité, 02/04/20 | TEST, Comment les labos d’analyses médicales s’organisent face au coronavirus, 30/03/20 | FOCUS, Comment Hong Kong réagit à la crise du coronavirus, Choix de consentement © Copyright 20 Minutes - La fréquentation de 20 Minutes est certifiée par l’ACPM, Confinement, masques, tests… La gestion de crise des gouvernants du monde entier remise en cause. J'ai vendu 20 vaccins par heure, les besoins ont dépassé la possibilité de fabrication des vaccins". La seule déclaration politique existante pendant cette "pandémie grippale", c'est l'interview que le ministre de la santé publique et de la sécurité sociale, Robert Boulin, donne dans France Soir. On rapprochait tout naturellement, comme s'ils étaient similaires, les effets d'une simple grippe saisonnière et d'une "grippe épidémique". Les médias en avaient très peu parlé car l’agenda était très chargé avec l’après 1968, les mouvements sociaux et la guerre au Biafra. Société Quand la France était frappée par la grippe de Hong Kong en 1969, SANTE Avec des chiffres de mortalité très importants, Publié le 14/04/20 à 14h47 C'est seulement quand la grippe traduit ses effets catastrophiques sur la population, que le milieu médical prend conscience de ses propres contradictions et handicaps à pouvoir mettre en place un système de prévention efficace pour juguler l'épidémie, sans pour autant s'alarmer. La France vit à l'heure des premières grandes transformations sociales et culturelles suggérées par la révolution de Mai-1968. C'est la précipitation de la population française à se rendre chez le médecin et à la pharmacie pour trouver les moyens de guérir et de se prémunir contre le fléau qui révèle bientôt les contradictions des moyens du monde médical : À mesure que les jours passent, le quotidien communique un certain nombre de chiffres qui rendent compte des ravages que "l'épidémie" provoque en France. Les médecins ont constaté d’assez nombreux cas de congestion pulmonaire, d’otite, de conjonctivite, résultant d’une surinfection". Comme aujourd’hui commence à se renforcer l’idée de travailler sur un vaccin efficace contre plusieurs sortes de coronavirus. Il en ressort que 12 millions de Français auraient été atteints par le virus. En quoi traduit-elle une société qui manque encore cruellement de moyens pour se sensibiliser face à la crise sanitaire ? Bien sûr, l’appréciation des statisticiens de l'époque doit être accueillie avec prudence car il faut attendre les recherches menées par les épidémiologistes Antoine Flahault et Alain-Jacques Valleron, au début des années 2000, via l’INSERM, pour disposer d'un bilan fiable de cette grippe. Toute pandémie peut générer des complications inattendues, mais en 1969-1970, cette grippe de Hong Kong ne semble pas avoir éveillé tant d'inquiétude. Il ne peut pas être plus explicite et révélateur de ce qui est alors en train de se passer en France : Il est impossible de mettre en place à temps un système de prévention pour tous les Français. "Une épidémie de grippe, poursuit-il, comme celle que nous connaissons est très difficile à prévoir et à prévenir". Dans Le Monde du 3 décembre 1969, on peut lire que "l'affection qu'elle provoque se traduit par une forte poussée de fièvre, une inflammation des zones rhino-pharyngées avec des écoulements abondants, des troubles respiratoires souvent accompagnés de toux et de maux de tête". Et de rappeler un autre épisode de crise sanitaire passé totalement inaperçu dans l’inconscient collectif à l’hiver 1969-1970, il y a cinquante ans : la grippe de Hong Kong avait fait 25.000 morts en un mois, et 31.000, entre décembre et janvier. C'est grâce à la prise de conscience de l'insuffisance des moyens pour endiguer cette "pandémie", que la recherche médicale française aboutit à une meilleure compréhension des mécanismes de variation des maladies infectieuses, en même temps qu'un renforcement des systèmes de surveillance et la stimulation de la production plus importante de vaccins, accompagnée d'une plus grande efficacité sanitaire à compter des années 1970. Troisième plus grande pandémie grippale du XXe siècle, elle frappe la France à l'hiver 1969-1970 et aurait fait plus de 30 000 morts. et S.N.C.F. Ce qui, pour l’historien, interroge sur la stratégie du confinement et de sa sortie. L’ancienne administration des Postes, des Télégrammes et des Téléphones est particulièrement touchée elle aussi ; la sécurité sociale se retrouve débordée par une pointe inattendue des indemnisations en janvier 1970. Il ne fait l'objet d'aucune mention du terme "pandémie" dans les articles épars qui couvrent le sujet à l'époque. La question de la sécurité est posée pour le malade mais aussi pour l'équipe soignante : c'est le surmenage, le travail intensif à la limite du possible.” Le CHU de Pellegrin est encore sur les rails, il ouvrira quelques années plus tard. Notamment quand il souligne "que la panique n’est en aucun cas justifiée". Cela est confirmé par Patrice Bourdelais dans un article de Libération : En ne prenant pas en compte la modification du virus, l’efficacité du vaccin en a été largement réduite. C’est la dernière pandémie qu’a connu la France. Toutefois, la pandémie mondiale la plus proche de nous est la grippe de Hong Kong, ayant causé un million de décès entre 1968 et 1970. 25.068 morts seraient dûs à la grippe. — Mis à jour le 16/04/20 à 10h05. Grippe aviaire: confinement général pour les volailles du Périgord, Tout savoir sur la circulation de la région, Retrouvez France Bleu sur tous les supports, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Alsace, Covid-19, chloroquine, pandémie, comorbidités : les mots du coronavirus, Coronavirus : la France passe la barre des deux millions de cas confirmés, Des infirmières testent au plus près pour dépister le coronavirus, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), VIDÉO - Hiver 1969 : la grippe de Hong-Kong revenait par le Sud-Ouest. Sur le moment, personne ne s’en était rendu compte. 35% des professeurs, élèves et personnels administratifs du lycée de garçons est grippé. Sept semaines après le premier décès lié au coronavirus, en France, les chiffres de la mortalité dénombrent moins de morts en mars 2020 qu’en mars 2018. Le personnel de la Sécurité sociale est également atteint. À Bordeaux, l’hôpital Saint-André est débordé. Voilà ce qu'on peut lire, le 10 décembre 1969 : "À la SNCF, 15% des employés parisiens sont touchés. Très meurtrier. Il s'agit de deux virus grippaux totalement étrangers l'un de l'autre. Des usines et des chantiers sont à l’arrêt en Loire-Atlantique, Le vaccin, qui avait été mis au point l’année précédente est introuvable dans la Drôme, et en Haute-Savoie, rapporte encore Sud-Ouest le 10 décembre. Les deux souches étant considérées comme sœurs à l'époque alors qu'il n'en est absolument rien. dévoilés au jour le jour par l'Insee, dénombrent moins de morts en mars 2020 (57.400) qu’en mars 2018 (58.600). Deux semaines après : “Grippe : 2 850 morts en une semaine' en Grande-Bretagne.” Mais dans les médias français, aucune mention n’est faite d’un nombre de morts important dans l'hexagone. La grippe de 1968 ou grippe de Hong Kong est une pandémie de grippe qui s'est répandue dans le monde entier à partir de l'été 1968 et jusqu’au printemps 1970. « C’est très troublant car j’avais 20 ans et moi-même, je ne m’en souviens pas, raconte l’historien à 20 Minutes. Dans le Tarn-et-Garonne, un quart de la population est au lit. Le vaccin, qui n'est d'ailleurs efficace qu'au bout de trois semaines, est devenu souvent introuvable.”, Le journal détaille : “Dans le Lot-et-Garonne, la situation s'est aggravée. « Ces chiffres montrent que, jusqu’à présent, ce n’est pas un phénomène de mortalité si exceptionnel, même s’il est vrai que la marche naturelle de l’épidémie est bouleversée par le confinement », explique Patrice Bourdelais, historien des épidémies, lequel n’hésite pas à mettre en parallèle les Il poursuit son tour du monde en Europe qu’il traverse d’Est en Ouest, touchant la Grande-Bretagne et gagnant la France par l'Espagne où la grippe commence par frapper le Sud-Ouest au cours de l’hiver 1969. Bi­lan mon­dial : un mil­lion de morts ! C’est d’ailleurs à partir de 1970, après l’épisode de Hong Kong, qu’ont commencé à se mettre en place les premières politiques publiques de vaccination contre la grippe. Et le 10 décembre 1969, l’Organisation Mondiale de la Santé, de préciser que : "pour le moment, la maladie a partout un caractère relativement bénin". Comment les Français ont-ils vécu cette crise ? En revanche, ce qui peut être mis en cause, c'est bien l'efficacité et la composition du vaccin, en même temps que la sous-estimation de son évolution un an plus tard en France. À Toulouse, 25 % de la population est grippée, à Lyon c'est un quart de la population lyonnaise qui est touchée". Après la grippe espagnole de 1918-1919 (20 à 40 millions de morts) et la grippe asiatique de 1957 (2 millions), la grippe dite “de Hong-Kong” - car elle y avait été repérée pour la première fois durant l’été 1968, bien qu’elle fut née en Chine - fut la première “pandémie de l’ère moderne”. Dans le monde entier, c’est un million de personnes qui en était décédé. À la fin du mois de décembre 1969, les Etats-Unis annoncent un bilan effrayant. En rapportant le témoignage d'un pharmacien : "Les gens se sont précipités dans les pharmacies pour acheter des vaccins anti-grippe, les stocks ont été dévalisés. Devant la panique créée par l’ampleur surprise de la gravité et de la mortalité du Covid-19, l’Italie a reproduit ce qu’elle a connu dans son histoire. Deux jours plus tard, un reportage diffusé à la télévision estime que toute l’Aquitaine est grippée, parlant de fermetures de l’école normale d’institutrices de Mont-de-Marsan, ou encore d’un lycée d’Arcachon particulièrement frappé par la maladie. À Perpignan, ce sont les C.R.S. De dé­cembre 1969 à jan­vier 1970, il tue 40 000 per­sonnes en France. C'est pourquoi on peut lire dans Le Monde du 11 novembre 1968 que "cette grippe paraît bénigne, il ne semble pas qu'elle doive prendre un caractère de quelconque gravité". Au contraire, si elle ne fait aucun gros titre, la presse illustre parfaitement bien "la désorganisation générale" qu’engendre l’épidémie. Les services de la Sécurité sociale sont décimés par l'épidémie. La deuxième vague du virus, était arrivée dans le pays par le Sud-Ouest. “Les stocke ont été épuisés surtout par les demandes massives des usines”, précise le journal. Covid-19 : va-t-il falloir vacciner plus massivement contre la grippe cet hiver . D'autres articles font état de l'ampleur de la grippe qui provoque, partout en France, des absences et des fermetures d’usines et d’écoles où ce sont, en région parisienne, jusqu’à 20 % des professeurs et des élèves qui sont malades. « Le confinement est une construction politique  car il existe d'autres alternatives, estime-t-il. À l'absence de moyens médicaux suffisants s'ajoutent aussi, dans les mots du ministre, l'absence d'une prise de conscience de la situation chaotique dans laquelle se trouve la France. Sept semaines après le premier décès lié au coronavirus, en France, les chiffres de la mortalité dénombrent moins de morts en mars 2020 qu’en mars … “Dimanche , à Annecy, le service d'urgence a été successivement doublé puis triplé, puis quadruplé, pour faire face à la situation au cours de la journée.”. Il est encore difficile de disposer des moyens suffisant pour caractériser, à l'époque, "une crise sanitaire". Dans l’Ouest, le Maine-et-Loire , la Loire-Atlantique , la Vendée, la Sarthe, sont les départements les plus éprouvés. Sinon, ça se retourne vite contre eux ». Le 11 décembre 1969, dans Le Monde, le docteur Escoffier-Lambiotte rapporte que "l'Institut Pasteur voit sa production de vaccins doubler et ne peut plus satisfaire aux demandes". En France, durant l’hiver 1969-1970, plus de 30.000 personnes ont péri en deux mois. « On entassait les morts dans une salle au fond du service de réanimation. Le journal consacre un dossier complet, le 7 janvier 1970, qui fait le tour du problème de la grippe en France et des solutions à apporter. Le pourcentage de personnes chez lesquelles le vaccin aurait été probablement inefficace pourrait donc s'élever bien au-dessus des 30 % suggérés au départ et pourrait ainsi venir expliquer le terrible bilan que nous connaissons. La distribution du courrier n’est plus assurée à Périgueux. Ce qui équivaut à 20 000 décès supplémentaires en moyenne ! Il a finalement chiffré le bilan de la grippe de Hong Kong en France à 31.226 morts. Et on les évacuait quand on pouvait, dans la journée, le soir » racontait dans Libération, en 2005, un ancien chef du service d’infectiologie de l’hôpital de Nice. Quand la France était frappée par la grippe de Hong Kong en 1969, Avec des chiffres de mortalité très importants, - La fréquentation de 20 Minutes est certifiée par l’ACPM. Il y a cinquante ans, la grippe de Hong Kong avait fait 31.000 morts entre décembre 1969 et janvier 1970. 31 226 morts au total, en France et en deux mois, la grippe asiatique en France (1957-1958), Peste, choléra, grippe espagnole… Avant le Covid-19, ces épidémies qui ont traversé l'histoire, La grippe "espagnole" de 1918-1919, la pire épidémie du siècle : série "Épidémie" - Épisode 2, Histoire des pandémies oubliées : la grippe asiatique en France (1957-1958), 1918-1920 - Quand un médecin prétendait avoir trouvé un remède contre la grippe espagnole. Un peu partout , actuellement, des familles entières sont frappées, certaines administrations - P.T.T. La grippe de Hong Kong boucle son tour du Monde en un an et demi, aidée par l'accroissement des moyens de transport alors plus accessibles. On comptait pourtant déjà 3.000 décès liés au Covid-19 dans les hôpitaux, le 30 mars. La deuxième vague est d’abord rapportée dans les médias de l’époque dans le Sud-Ouest de la France, avant de s’étendre à tout l’Ouest du pays, ainsi qu’à l’Est. Le 5 décembre, on peut lire dans Le Monde : “La grippe, qui sévissait jusqu'à présent surtout dans le Sud-Ouest, s'étend maintenant sur une grande partie de la France. ». C'est le virus H3N2, appelé "grippe de Hong Kong", et vis-à-vis duquel la population se retrouve totalement dépourvue d'immunité tant il est inconnu. Il s’agit d’une pandémie assez méconnue ayant pourtant engendré plus de 30 000 décès en France ! Sept semaines après le premier décès lié au coronavirus en France, les chiffres de la mortalité, Ce phénomène d'angoisse vient directement mettre en cause les capacités de production du vaccin et témoignent du manque de moyens de l'époque en termes de santé publique. Histoire des pandémies oubliées : la grippe de Hong Kong en France (1969-1970). LIRE - Histoire des pandémies oubliées : la grippe asiatique en France (1957-1958), RÉÉCOUTER - La Marche de l'Histoire : Peste, choléra, grippe espagnole… Avant le Covid-19, ces épidémies qui ont traversé l'histoire, RÉÉCOUTER - La grippe "espagnole" de 1918-1919, la pire épidémie du siècle : série "Épidémie" - Épisode 2, PolitiqueInternationalSociétéÉconomieJusticeEnvironnementSport, RockMusiques urbainesMusiques du mondeChanson françaiseSoulÉlectroLes playlistsActualités musicalesConcerts, Bien-êtreSexualitéParentalitéÉducationAmourRecettes de cuisine, Connectez-vous pour retrouver vos favoris sur tous vos écrans et profiter d'une expérience personnalisée. Comme le rapporte très justement un autre médecin dans France Soir le 3 janvier 1970 : Le pire c’est qu’une grippe à virus A2 ne vous immunise pas contre un virus d’une autre famille. Histoire des pandémies oubliées : la grippe de Hong Kong en France (1969-1970) par Jimmy Bourquin publié le 13 mai 2020 à 14h17 Troisième plus … Une fois terminé, la crainte du rebond est présente car c’est ce qui s’était produit en 1918 avec la grippe espagnole, puis en 1957 avec la grippe asiatique. Il faut bien avouer que ce n’est que le début de la pratique de la vaccination contre la grippe en France. Au point que des premières estimations sont données grâce à l'IFOP et relayées, le 23 janvier 1970, par France Soir : 36 % des Français adultes auraient été atteints. 6.158 en janvier 1970, soit 31.226 en deux mois. La mentalité était à ceci près équivalente à celle des Français face à la grippe asiatique à la fin des années 1950 où le manque de moyen impliquait une certaine fatalité. À Toulouse, le lycée agricole d'Auzeville n'est plus qu'un hôpital. À la RATP, le bas de la courbe a été atteint le 20 décembre où 5000 employés sur 30 000 étaient alités. Mais c’est vrai qu’en cas de crise sanitaire, les gouvernants savent que si elle est bien gérée, ils en tirent un surcroît de légitimité. « La sensibilité vis-à-vis de la maladie et de la mort a changé, note Patrice Bourdelais. Quand le 14 mars 1970, l’Institut National des Études Démographiques (INED), lui, dénombre 40 % de décès de plus que la moyenne en décembre dus à la grippe de Hong Kong. Les écoles parisiennes touchées une à une. Personne n’aurait pu prévoir qu’il aurait fallu préparer des millions de doses de vaccin en plus et, surtout, que le vaccin serait inefficace : Le 30 décembre 1969, France Soir rapporte le témoignage d'un médecin, tombé malade, qui cible l'inaction du vaccin : "La vaccination est nettement mise en cause par les uns, méprisée par les autres, car il ne fallait pas appartenir aux 30 % chez lesquels elle échoue". La grippe asiatique (1957) a quant à elle occasionné entre un et 4 millions de décès. France Soir signale, le 14 décembre, que "pour une minorité de cas, l'affaire a pris une tournure plus inquiétante, avec des cas mortels chez des grippés souffrant de troubles vasculaires. Le 1er décembre 1969, un médecin de Toulouse, interrogé sur “l’emprise” de la maladie dans la région, parle d’environ un quart de la population touchée. D'ailleurs, le 11 décembre 1968, Le Monde rapporte que "L'Institut Pasteur de Paris a été, dès septembre 1968, en possession de la souche de virus grippal de Hong Kong, qu'il a pris des mesures pour assurer la fabrication des vaccins à partir de cette souche afin de l'incorporer au vaccin antigrippal déjà existant". Entre l’été 1968 et le printemps 1970, la grippe A2, dite “grippe de Hong-Kong”, tuait près d'un million de personnes dans le monde. Autorité de la Concurrence : des recommandations pour lutter contre la vie chère en Corse. qui sont frappés, un quart des 200 policiers. Le virus apparaît en Chine à l'été 1968, il se diffuse à Hong Kong, fait rapidement le tour de l’Asie du Sud-Est, gagne Taiwan, Singapour et le Vietnam, atteint ensuite l’Inde, l’Australie, l'Iran avant de gagner les États-Unis où il voyage notamment avec les militaires revenant du Vietnam.